L'évacuation du 29 septembre 2020.

Soutenons, aidons, luttons, agissons
pour les migrants et les pays en difficulté

Actualités

L’évacuation du 29 septembre 2020.

30 septembre 2020 -

C’était une grosse évacuation à l’Hôpital très tôt le matin : 44 bus.
Ensuite c’était le tour du BMX, avec 6 bus.
800 personnes ont été emmenées, 150 envoyés dans le Pas-de-Calais, 150 dans le Nord, le reste dans la France entière.

La Vie Active, mandatée par l’Etat, a distribué au BMX entre 11 h et 11 h 30 puis a arrêté sur ordre du préfet.
L’eau et la nourriture ont manqué partout.
Salam a donné l’après-midi des couvertures (il n’y en avait pas assez pour tous) et du pain sec.

Témoignage :
En fait je ne trouve plus mes mots.
Une journée très très noire hier
Très tôt le matin partie pour assister à cet démantèlement imprévu.
Des centaines de policiers
Des buses partout
Accès impossible ...et de loin j’ai pu voir des centaines de persons alignées...
Mon ventre retourné car une image insupportable
l’image d’une déportation .
Après j’ai croisé partout des hommes errant… perdus avec tous les mêmes questions...
On va aller où ??
On va manger quoi ?
Écrasé par la honte… la colère et la tristesse je me pose la même question...
Ils vont devenir quoi toutes ces hommes femmes et enfants chassés...
traqués comme des bêtes !

Ferri .

Et on sait bien à quel point ces évacuations sont inutiles, sans rapport avec les besoins des gens.
On sait bien qu’ils reviennent… pour tenter de passer en Angleterre… même si la météo qui se prépare va rendre les traversées très très compliquées…

Le lendemain, une de nos bénévoles nous appelle, affolée : deux Syriens, évacués de Calais, sont à Nice. Ils sont perdus, il faut les faire revenir… Comment faire ? Ils ont 500 dans cette situation… nous ne sommes pas assez riches. Finalement la Croix Rouge là-bas les a pris en charge, s’occupe d’eux le temps qu’ils se retapent un peu et va les renvoyer à Calais. Belle solidarité !
D’autres appellent de Nice : « Viens nous chercher ! »
D’autres encore disent qu’ils sont à Brest à l’hôtel, sans nourriture et sans boisson, et qu’on leur a annoncé qu’ils devraient libérer les lieux le lendemain à 14 h…

Ils vont revenir et n’auront plus rien.
AIDEZ-NOUS A LES AIDER .
VOS DONS SONT INDISPENSABLES : il faut des tentes, des couvertures, des duvets, des vêtements imperméables…