• Liste de diffusion

Actualités

Soutenons, aidons, luttons, agissons
pour les migrants et les pays en difficulté

Actualités

Archives du mois de 06 2010

Prise en charge des mineurs : A revoir !

25 juin 2010 -

Une bénévole s’est rendue dernièrement accompagnée de trois mineurs qui désiraient rester en France à la Police des Airs et des Frontières de Lille.
Pourquoi Lille me direz-vous ? Les jeunes souhaitaient et on peut aisément les comprendre s’éloigner de Calais, des migrants et des personnes qui peuvent s’avérer dangereuses pour eux.
L’accueil fut pour le moins brutal. Un policier est arrivé très agressif dans un premier temps envers la bénévole :
« Pourquoi êtes-vous venue avec eux ici ?
- Ils souhaitaient rejoindre un foyer à Lille et s’éloigner de Calais.
- C’est pas eux qui décident ! Ils vont où on leur dit d’aller ! C’est illégal de les emmener jusqu’ici. Vous allez avoir des problèmes !
- Je les ai conduits ici pour qu’ils puissent être protégés.
- Vous devez les amener à la PAF de Coquelles ! »
Il s’absente une dizaine de minutes et revient encore plus agressif :
« Allez ! GARDE A VUE ! »
La bénévole est sidérée ainsi que les autres personnes qui étaient présentes.
Pourquoi traiter ces jeunes comme des assassins ? Ils viennent demander à être protégés et on les met en garde à vue !
Les trois jeunes ont suivi le policier non sans avoir jeté un regard désemparé à la bénévole. Lorsque celle-ci s’est levée pour partir, le policier l’en a empêché.
« Restez là. On va vous interroger. »
Après une vingtaine de minutes un autre policier, plus courtois, est arrivé. La bénévole a ensuite été interrogé pendant près d’une heure :
Nom, prénom, nom des parents, du mari, niveau d’étude, ressources....
Questions :
« Pourquoi êtes vous venue ici avec eux ? »
« Pourquoi pas à Calais ? »
« Comment savez-vous s’ils sont mineurs ? »
« Combien y a-t-il d’enfants mineurs à Calais ? »

« Mais quelle était donc la solution ? Comment mettre ces enfants en sécurité ?
- Vous devez écrire au Procureur de la République.
- Ok, mais il me répond au bout de combien de temps ?
- Il a six mois pour vous répondre… »
Six mois ? Mais que deviennent les mineurs pendant ce temps là ???

Au bout d’environ une heure l’interrogatoire s’est terminé. Dans le couloir, alors qu’elle discutait avec le policier sur les tests osseux qui permettent normalement de déterminer si le migrant est mineur, le premier policier est arrivé encore très agressif : « Vous n’aviez qu’à ne pas les amener ! ».
La bénévole a dû attendre encore et vers 18 heures elle a pu enfin reprendre la route vers Calais.

Conclusion :
Il n’est pas du tout sur que les trois jeunes restent en foyer compte tenu de l’accueil qui leur a été réservé !!!
Nous ne comptons plus le nombre de réunions, rencontres où a été abordé la question de la prise en charge des mineurs et comment réussir leur intégration. Tout cela ne sert à rien. On nous écoute mais rien ne suit, rien ne change.
Tant que les mineurs seront traités de cette façon toute démarche pour demander l’asile en France sera vouée à l’échec.

Journée mondiale des Réfugiés à Calais

22 juin 2010 -

Même bilan pour Calais que pour le Dunkerquois. En effet, du point de vue de la météo, on note une averse en début de festivités et l’arrivée du soleil pour la suite.
Malgré tout, l’ambiance a été excellente du début à la fin.
Comme d’habitude, nos amis migrants ont pu se divertir grâce à un match de foot, un chamboultou, des cerfs volants, de la musique. Dans les nouveautés, les raquettes ainsi que le volley ont été appréciés, de même qu’un bowling, un stand de tir au but, un salon de coiffure (!)...
Merci mille fois à tous les bénévoles présents ce jour, notamment à ceux qui ont fait le déplacement pour l’occasion.

Photos : © F. Legeait

Journée mondiale des Réfugiés à Loon-Plage

19 juin 2010 -

Les bénévoles de SALAM du Dunkerquois ont réservé un programme festif pour les migrants des jungles de Loon Plage. Ils sont en ce moment une quarantaine d’Afghans dans le "Mini-Kaboul" et environ vingt dans la partie kurde.

Le repas, très copieux, a été apprécié de tous : poulet, merguez au barbecue, et salades. Puis, nos amis ont eu l’occasion de passer un après-midi festif, au son des musiques de leurs pays respectifs. Effectivement, des cerfs-volants ont été distribués, ainsi que des ballons. Un match de foot a été organisé, puis un goûter composé de gâteaux et boissons sucrées distribué.

Malgré une averse qui n’a pas réussi à plomber l’ambiance après le repas, le soleil a passé le restant de l’après-midi en notre compagnie !

Pour la suite des événements, rendez-vous demain, dimanche 20 juin, vers 14h30 au lieu de distribution calaisien.

Courrier du Directeur Général de l’EPF, propriétaire actuel des Ets. Pagniez

17 juin 2010 -

Suite à l’évacuation de l’African House lundi, SALAM, comme d’autres associations ou personnes, a adressé à l’Etablissement Foncier Public, propriétaire des lieux, un courrier de mécontement, qui a reçu cette réponse :

Mesdames, Messieurs,

Vous avez été nombreux à m’écrire pour vous élever contre l’expulsion par les forces de l’ordre de migrants soudanais et de SDF qui ont pris possession de la friche industrielle située rue des quatre coins à Calais, dont l’EPF s’est rendupropriétaire, à la demande de la ville de Calais.

En tant qu’opérateur foncier public, l’Etablissement est au service des collectivités publiques pourles aider à maîtriser le foncier de leurs projets. Dans cette optique, l’EPF a été sollicité par la commune de Calais afin d’acquérirl’ancienne usine Pagniez et, du fait de la dangerosité et de la vétusté de cette friche industrielle, de procéder à sa démolition dans les meilleurs délais.

Des hommes, migrants soudanais et des SDF ont occupé les lieux dans des conditions de salubrité et de sécurité particulièrement risquées : dangerosité du bâtiment liée à son ancienusage industriel (amiante, fosse de deux mètres de profondeur, forage d’eau de 180 mètres), insalubrité du fait de l’occupation sans titre (ni eau, ni sanitaires, ni électricité, rats en grand nombre). L’EPF n’ayant ni la compétence ni les moyens de procéder à leur réinstallation, il a agi en exerçant ses responsabilités de propriétaire dansle souci d’éviter tout accident, fréquent sur ce type de site. Il a travaillé de concert avec les services de l’Etat, la mairie de Calais, et les associations de défense des droits de l’Homme présentes sur le site.

Les lieux ont été évacués lundi 15 juin 2010 afin de permettre la démolition des bâtiments, seul moyen dans le court terme pour en assurer la sécurité.

Cette mesure ne permet pas de régler sur le fond la question posée par la présence sur le territoire national de personnes étrangères par ailleurs titrées et dont les pouvoirs publics ont à prendre en charge le devenir.

Sachez que c’est en pleine conscience du fait que l’ancienne usine Pagniez ne peut constituer en la circonstance un lieu décent d’hébergement, que j’ai été amené àprendre cette décision.

Le Directeur Général
Marc KASZYNSKI

Démantèlement de l’African House

14 juin 2010 -

Ladite "African House" (ou squat Pagniez) a été demantelée. Les forces de l’ordre auraient procédé à une dizaine d’arrestations.
Les différentes associations ont pu entrer dans le bâtiment pour récupérer les effets personnels des migrants délogés, pour la plupart des Soudanais. Après le repas du soir, certaines personnes ont pu ainsi récupérer le peu d’affaires qu’elles possédaient.
L’ancienne scierie se trouve désormais sous la surveillance d’une société de sécurité, munie de chiens. Il n’est donc pas question pour nos amis de revenir sur leurs pas. Un épisode qui rappelle celui de la destruction des anciens logements d’éclusiers, qui avaient été investis à l’époque par des Africains également, mais d’Erythrée.

Le temps semble s’adoucir, mais nombreux demandaient des bonnets ce soir. Nous n’avons pu les aider, les stocks étant épuisés. Forcément, un sourire apparaît sur les lèvres quand nous donnons comme excuse que l’été arrive...
Il fait encore très frais pour la saison et maintenant, les Afghans ne sont plus les seuls à se retrouver sans solution de repli... Ce qui ne les empêchera bien sûr pas de rester et pour les prochains de continuer d’arriver.
Malgré la vertu de nos dirigeants, nous notons un turn over continu et encore plus marqué depuis quelques semaines. Selon nos comptes, les migrants seraient entre 250 et 300 à Calais en ce moment... Sans compter les 150 autres répartis sur le littoral près de Dunkerque.

Relaxe de Jean-Claude Lenoir

9 juin 2010 -

C’est avec soulagement et plaisir que nous vous annonçons la confirmation de la relaxe prononcée en juillet 2009 par le TGI de Boulogne-sur-Mer en faveur du Vice-Président de SALAM, Jean-Claude Lenoir.
Ce dernier était accusé d’outrage à CRS pendant l’exercice de ses fonctions.
Merci à toutes les personnes présentes pour le soutenir lors de l’audience d’appel, le 12 mai dernier, à Douai.

Nouveau site !

6 juin 2010 -

Après plusieurs mois de gestation, nous avons le bonheur de vous présenter le nouveau site de SALAM, né de la collaboration réussie entre notre équipe de communication et Wilfried Roux et Jean-Jacques Mollet. Respectivement graphiste/webdesigner et concepteur/chef de projet, ils forment tous les deux l’entreprise Le Sens de Votre Image.
Gracieusement, ils ont accepté de mettre leurs professionnalisme, talent et disponibilité au service de notre cause pour un résultat magnifique : nouveau logo, nouvelle page perso, et nouvelle newsletter.
Qu’ils soient infiniment remerciés de leur générosité !

Au passage, merci à toutes les personnes qui ont participé aux traductions ou à leur relecture : Camille Benedetti (anglais), Thibaut Biscarrat (espagnol), Anne Eberle (allemand), Agostina Fulghesu (italien), Paula Lagès (portugais) et Farah Van Valkenburg (néerlandais).

Les rubriques

  • Actualités : lisez les aventures de SALAM !,
  • L’association : pour faire notre connaissance,
  • Nous soutenir : toutes les manières de participer à notre action,
  • Presse et parution : nos communiqués de presse et Quai SALAM y sont archivés, vous y trouverez aussi nos coups de cœur en matière de parutions sur le thème des migrants,
  • On a lu, on a vu : articles, vidéos, infos provenant d’autres sites,
  • FAQ : foire aux questions, qui sera actualisée au fil des interventions,
  • Nous contacter : nos coordonnées.

N’hésitez pas à nous faire part de vos critiques et d’idées en nous contactant !

SALAM au forum des associations d’Haffreingue

4 juin 2010 -

Comme l’année dernière, SALAM a répondu favorablement à l’invitation des élèves de quatrième de l’institution Haffreingue de Boulogne qui organisaient leur deuxième forum des associations.
La sensibilisation des jeunes à ce problème de société fait aussi partie des actions de SALAM.
Les élèves organisateurs se sont montrés d’une grande disponibilité tout au long de la matinée. Leur travail de préparation mérite tous nos remerciements.
Ce fut l’occasion d’exposer les différentes facettes de l’activité de l’association auprès des migrants. Petit cours de géographie également pour situer la plupart des pays d’origine, et d’histoire pour leur parler des accords de Schengen qui posent tant de problèmes dans la région de Calais …
La plupart des jeunes ont découvert une situation qu’en fait, ils connaissaient peu.

Sur la photo, les élèves aidant SALAM à installer son stand.

Table ronde d’Amnesty International

2 juin 2010 -

Ce mardi 1er juin, à Rennes, l’antenne jeune de la célèbre association organisait sa première table ronde. La thématique retenue était celle des conditions de vie des migrants dans notre pays, et plus particulièrement de ceux qui se trouvent "hors circuit", comme c’est le cas à Calais et le long du littoral.

Comme intervenants, le DAL 35, François Legeait et Enora Naour étaient présents. Cette dernière a, rappelons-le, remporté le dernier concours de plaidoieries du mémorial de Caen, plaidant la cause des "Afghans de la jungle [qui] ne sont pas des animaux".
Nous avons été conviés par François Legeait et avons participé à cet échange très intéressant. Nous avons également eu le plaisir d’entendre le texte convaincant de la lauréate qui nous a conté une anecdote tout à fait édifiante. Sollicitée par son lycée pour l’inauguration du nouvel amphithéâtre, Enora a eu l’honneur de réciter sa plaidoierie devant le recteur de l’académie. A l’issue de la réception, celui-ci est venu lui serrer la main, la félicitant pour ses bons résultats et son éloquence. En revanche, il n’a pas manqué d’ajouter qu’il n’était pas d’accord avec le contenu du texte, jugeant qu’il s’agissait là d’un ramassis de bêtises...

Pour la seconde fois, Rennes nous accueillait de manière tout à fait conviviale. Nous avons d’ailleurs bon espoir de retrouver ces prochains mois, dans nos équipes, des bonnes volontés convaincues lors de cette table ronde.



Association Loi 1901, parution au J.O. du 31 mai 2003 | Mentions légales | Webdesign & réalisation : Le Sens de Votre Image