• Liste de diffusion

Actualités

Soutenons, aidons, luttons, agissons
pour les migrants et les pays en difficulté

Actualités

Archives du mois de 03 2015

Déménagement.

31 mars 2015 -


Lundi dernier (23 mars) une quinzaine de tentes étaient apparues à quelques pas du centre Jules Ferry.

En une semaine tout s’est accéléré.

Les bénévoles de Salam, comme des autres associations, se sont activés pour aider les migrants qui souhaitaient déménager. Maintenant, quand on sort de l’autoroute en direction du ferry, on voit une accumulation de tentes et d’abris qui crieront aux usagers de cette bretelle autoroutière que la situation est loin d’être réglée et que la France a encore beaucoup à faire en matière de droits de l’Homme.

A la place du squat de Tioxide il n’y a plus qu’un amas de détritus.

650 repas étaient distribués hier soir à Jules Ferry, pour certainement 400 à 500 personnes.

Comment se passera cette cohabitation improvisée ?

Quelle sera la position des autorités face à ceux qui préfèreront rester dans leur squat ?

......hier soir on apprenait que le Conseil municipal de Calais venait de voter la construction d’une clôture route de Gravelines......

Le mot du président.

27 mars 2015 -

Les déménagements s’organisent.

Plusieurs centaines de couvertures, cent cinquante tentes... Du matériel divers.

Salam est une fois de plus sur le terrain, jouant de ses réseaux et amis pour tenter d’aider nos amis migrants.

Nous comptons sur vous pour nous aider à relever ce nouveau challenge !

Jean-Claude Lenoir.

Compte rendu de l’Assemblée Générale annuelle du 23 mars 2015.

27 mars 2015 -
JPEG - 5.7 ko
photo Corinne Outrequin

AG DU 23 MARS 2015 (AG BILAN DE L’ANNEE 2014).

RAPPORT D’ACTIVITES PAR JEAN-CLAUDE LENOIR, PRESIDENT.

De bonnes nouvelles : -
- le redémarrage du site internet,
- le film « Invisibles », un film pas triste, tourné vers l’avenir.

Une année difficile :

- Une cohabitation souvent difficile, dont on peut être fier, entre salariés et bénévoles.
- Des équipes de cuisine formidables : un challenge quotidien.
- Des plannings de bénévoles difficiles à mettre au point.
- Des véhicules vieillissants et capricieux.
- Le local : il a fallu rendre la maison de la rue Fulton. Nous recherchons un nouveau lieu.
- Les affreux désquattages, ignobles, coûteux (3000 euros l’heure d’hélicoptère) et inutiles puisque les gars se réinstallaient trente mètres plus loin…
- Des complications aussi sur Dunkerque (grande famille de bénévoles qui font aussi beaucoup de travail) : mouvement oscillant du nombre de migrants sur les sites, inquiétudes liées au changement de municipalité.
- Un nombre énorme de réunions :
- avec la mission ministérielle,
- en préfecture,
- en sous-préfecture (amélioration de l’écoute et des échanges depuis un an ou deux),
- conseil des migrants (grosse difficulté pour avoir dans une même réunion la maire et le sous-préfet),
- réunions avec la vie Active,
- inter-associations : trop nombreuses et sans vraie solidarité entre les différentes associations

Le Centre Jules Ferry :
une avancée : toilettes, douches, prises de téléphone, repas du soir,
reconnaissance par l’Etat de l’existence des migrants,

Mais il faut se servir de cette avancée pour exiger un tremplin vers la Maison des Migrants.

Le nouveau campement près de Jules Ferry.

CLAIRE MILLOT :
PRESENTATION DE LA SITUATION A DUNKERQUE :

Une trentaine de bénévoles régulièrement actifs, pour la préparation et la distribution des repas sur les deux camps de Grande-Synthe et de Téteghem et pour le vestiaire.

Deux équipes de jeunes d’Unis-cité en service civique.

Ouverture d’un compte en banque.

Un nombre très variable de migrants.

Un grand mélange de peuples.

Une évolution de l’hébergement :
-  Le déménagement du camp de Téteghem a eu lieu
-  Le déménagement du camp de Grande-Synthe est prévu

La santé : MDM continue d’intervenir une fois par semaine sur chaque camp, MDM voulait passer le relai à la PASS mais c’est loin d’être fait.

LA COMMUNICATION :
Le site internet a repris vie tout récemment.
Le Quai Salam : Il y en a eu quatre en 2014, un pour le moment en 2015.
La Newsletter : Il y en a eu six en 2014 et déjà deux en 2015.
Envoyez-nous des textes et des photos !

PRESENTATION DE LA SITUATION A CALAIS PAR GEORGES GILLES.
Quelques chiffres :
Nos heures : - Avant le 15 janvier (ouverture du Centre Jules Ferry pour les repas) : 343 h de travail hebdomadaire (salariés et bénévoles).
- Depuis le 15 janvier : 229 h (bénévoles).

Les migrants : jusqu’à plus de 2500 cet hiver, on est revenu à 1300.

Déséquilibre entre le nombre de bénévoles en semaine et le week-end.

Une baisse du nombre de bénévoles depuis le 15 janvier : de 50 présences régulières par semaine on est passé à 30. Que faire si on ne fait plus la cuisine ?
- des gens pour les collectes de nourritures à distribuer sur les squats et jungles.
- des gens pour le tri des vêtements.
- des gens pour aider au moment de la distribution du repas à Jules Ferry.
- les soins assurés par Yolaine à l’arrière de sa voiture, pendant et après le repas à Jules Ferry.

La presse du monde entier nous a suivis pendant toute l’année. Ils demandent souvent qu’on les guide.

BILAN FINANCIER :
Le budget de plus de 12 000 euros mais 66 000 euros concernent les salaires.

BUDGET PREVISINNEL  : 70 000 euros.

LES DIFFERENTS BILANS ET LE BUDGET PREVISIONNEL sont adoptés à l’unanimité.

LES QUESTIONS :
Les subventions ?
On en aura.

Les expulsions des jungles ?
Toutes les associations seront là.

Jules Ferry ?
Jean-Claude :
Le choix de la Vie Active a été un choix politique. Nous avons peu de poids.
Il faudra passer par une lutte politique pour obtenir maisons d’accueil, maisons du migrant…

Georges : Sur le nouveau camp, la seule limite est l’engagement de chacun, c’est là que va se jouer l’évolution de l’association. Dans le Centre Jules Ferry, les bénévoles aident à assurer la continuité avec la situation antérieure et sont des bouche-trous à l’heure où les salariés ne sont pas suffisants.

Engagement de l’Etat :
Il faut se battre pour avoir des toilettes hors du Centre Jules Ferry, des points d’eau plus proches du campement (les poubelles sont déjà actées), des patrouilles pour contrôler les chasseurs (mais pas les migrants).

Il faut insister pour qu’il existe d’autres centres.

Pour le retour au pays, si on les renvoie seuls on les condamne à mort, il faut qu’ils partent par groupes de 5 ou 10 associés à un même nombre de gens restés là-bas. Ils reviennent avec de l’argent pour une reconstruction sociale,

Comment faire les distributions avec le camion sur une Jungle énorme ?
Plutôt aider à la mise en place de cuisines autonomes.

Expositions ? Interventions dans les écoles ?
Toutes ces initiatives sont super ! Mais ceux qui en ont l’idée doivent les gérer.
img233|left>

Pour ceux qui n’ont pas pu voir le film : "Invisibles ".

27 mars 2015 -

Cinéma Alhambra
Jeudi 2 avril à 20h00, projection du documentaire INVISIBLES de Pascal Crépin, en présence du réalisateur et de l’association Mine de Rien. Un hommage aux bénévoles du Calaisis qui viennent en aide aux migrants. Tarif unique : 5 euros.
"Douze ans après la fermeture du hangar de Sangatte par le ministre de l’intérieur, M. Sarkozy en 2002, rien n’a changé dans le calaisis. Venant des pays en guerre et des dictatures, les migrants en quête d’une vie meilleure et d’un « Eldorado » à l’anglaise, sont de plus en plus nombreux à vouloir passer en Angleterre. Calais, le premier port français de passagers, est le lieu de passage privilégié des clandestins, car naturellement plus proche des côtes britanniques. Des gens simples, des bénévoles, des membres d’associations viennent en aide aux migrants et remédient à l’urgence humanitaire chaque jour, à la place peut-être de structures nationales ou européennes.INVISIBLES donne la parole à ces personnes qui oeuvrent discrètement auprès des réfugiés, ces migrants que les autorités veulent rendre invisibles. De la fermeture en févier 2013 d’une association en manque de moyens, qui donnait le repas du midi, à l’expulsion du 2 juillet 2014, en passant par des violences policières, des gardes à vue, des appels à la délation de certains élus, des préjugés de toutes sortes, mais surtout des témoignages émouvants de femmes et d’hommes pour qui « Humanité » n’est pas un vain mot mais un comportement."

Le déménagement pour la zone voisine du centre Jules Ferry a commencé.

27 mars 2015 -

Depuis le début de la semaine, petit à petit, nos amis migrants ont commencé à s’installer dans le secteur voisin du centre Jules Ferry, là où ils sont tolérés par la mairie.

Salam et les autres associations ont déjà apporté leur aide et vont continuer.

L’AG de Salam s’est tenue ce soir.

23 mars 2015 -

L’AG annuelle de Salam s’est tenue ce soir dans une ambiance de bonne humeur et de dialogue.

Photo : Corinne Outrequin.

AG de Salam.

19 mars 2015 -

L’assemblée générale annuelle aura lieu le lundi 23 mars à l’Auberge de jeunesse de Calais à partir de 18 h 45.

Hébergement des femmes.

18 mars 2015 -

L’hébergement des femmes au Centre Jules Ferry (y compris la nuit) sera ouvert à partir du 23 mars.

Du 23 au 26 mars toutes les femmes hébergées au centre Victor Hugo seront invitées à y déménager, si elles le souhaitent.

D’autres dames des squats non éloignés seront peut-être intéressées et pourront les rejoindre.

On peut s’attendre à ce que les chiffres fluctuent...

Urgent : nous recherchons un local

17 mars 2015 -

Salam est sans local depuis deux mois...

Nous recherchons une petite maison à louer dans Calais (ou commune limitrophe), éventuellement à rénover, pour stockage de petit matériel et réunions de comité.
350 euros maximum.

Une salle paroissiale, une ancienne église ou salle de sports, ou autre chose... conviendraient aussi. Il suffit qu’il y ait l’eau et l’électricité.

Contact par tel. 06 27 45 47 96 ou 06 03 27 57 37.

De gros changements pour Salam à Calais en ce moment.

16 mars 2015 -

Nous avons mis fin à la préparation des repas : d’abord nous avons dû quitter notre local, promis depuis plus d’un an à la démolition pour faire place à un complexe immobilier, ensuite nous ne voulions pas faire concurrence aux repas distribués au centre Jules Ferry par la Vie Active : cela fait quand même plus de dix ans que nous répétons que c’est à l’Etat de subvenir aux besoins des migrants.

Nous distribuons les repas les samedis, dimanches, lundis, mardis et mercredis avec La Vie Active au Centre Jules Ferry . Nous allons les mercredis, vendredis et samedis chercher une camionnette de nourriture dans les centres Emmaüs, pour faire ensuite le tour des squats et des camps de part et d’autre de Calais et tout distribuer.

Les bénévoles de l’association Salam continuent aussi de donner des chaussures, des couvertures et des tentes quand ils en récupèrent, se préparent à être aux côtés des migrants quand ils devront évacuer les lieux qu’ils occupent actuellement, signent les communiqués de presse inter-associations, participent aux réunions inter-associations, réunissent le 23 mars leur treizième assemblée générale annuelle…



Association Loi 1901, parution au J.O. du 31 mai 2003 | Mentions légales | Webdesign & réalisation : Le Sens de Votre Image