• Liste de diffusion

Actualités

Soutenons, aidons, luttons, agissons
pour les migrants et les pays en difficulté

On a lu, on a vu

Archives du mois de 10 2012

Plus de 40 immigrés clandestins africains secourus dans le détroit de Gibraltar

28 octobre 2012 - RTL.be - KAV

Plus de 40 Africains, qui tentaient d’entrer en Espagne à bord de petites embarcations, ont été secourus dimanche dans le détroit de Gibraltar, alors que se multiplient les tentatives de ce genre qui se sont soldées par la mort de seize personnes ces derniers jours.
"Nous avons découvert 37 personnes à bord de six barques : 32 hommes, quatre femmes et un mineur. Une patrouille marocaine a sauvé cinq personnes à bord d’une autre barque", a expliqué un porte-parole des services de secours maritimes. Jeudi, 14 immigrants clandestins, partis la veille du Maroc pour essayer de traverser le détroit de Gibraltar, sont morts en voulant gagner les côtes espagnoles à bord d’une petite embarcation, et 17 ont été récupérés sains et saufs. Deux autres immigrants africains ont été retrouvés morts vendredi au cours d’une opération en mer qui avait permis de secourir une cinquantaine de personnes tentant de faire la traversée entre l’Espagne et le Maroc. Les récentes tentatives depuis l’Afrique de pénétrer par la mer en Europe coïncident avec une multplication des tentatives de centaines d’immigrants de prendre d’assaut la frontière grillagée séparant le Maroc de l’enclave espagnole de Mellila, porte d’entrée vers l’Europe pour de nombreux migrants illégaux venus notamment d’Afrique subsaharienne. Les enclaves espagnoles de Ceuta et Mellila, toutes deux situées à l’extrémité septentrionale du Maroc, constituent les seules frontières terrestres entre l’Afrique et l’Europe. Leur position stratégique place l’Espagne sur l’un des principaux fronts de la politique européenne de contrôle des frontières.

Source

Une filière de passeurs démantelée dans le nord de la France

26 octobre 2012 - Le Monde - AFP

Dix personnes ont été mises en examen, vendredi 26 octobre, après avoir été interpellées mardi dans la région de Calais (Pas-de-Calais) dans le cadre du démantèlement d’une filière d’immigration clandestine vers l’Angleterre, selon une source policière.

Selon la préfecture, les passeurs, dont neuf ont été incarcérés, faisaient "monter clandestinement dans les poids lourds à destination du port ou du tunnel [sous la Manche] des migrants de nationalité égyptienne, syrienne ou libyenne qui souhaitaient gagner l’Angleterre". Les trafiquants opéraient depuis le début de l’année et auraient ainsi fait passer une centaine de personnes, selon la source policière.

Le motif des mises en examen est "l’aide à l’entrée, à la circulation et au séjour irrégulier d’étrangers commise en bande organisée", a précisé la source. La qualification de bande organisée permet de prolonger la garde à vue pendant quatre jours. Parmi les neuf personnes incarcérées, on compte cinq Egyptiens, trois Kurdes et un Somalien, selon la même source.

Deux fusils à pompe, un fusil à lunette, un pistolet automatique et environ 2 000 euros ont été découverts pendant l’enquête, selon la source policière. "Cela montre qu’il s’agissait d’individus dangereux et déterminés, même s’il n’y a pas eu d’incident pendant l’interpellation" menée par la brigade mobile de recherche de la police aux frontières du Pas-de-Calais, a souligné cette source. Le Groupe d’intervention de la police nationale (GIPN) était intervenu en renfort dans cette opération, menée sur commission rogatoire d’un juge d’instruction de Boulogne-sur-Mer.

Source

Plus d’expulsions en 2012 qu’en 2011

26 octobre 2012 - Le Figaro

Il y aura "un peu plus" de reconduites à la frontière en 2012 qu’en 2011, soit plus de 33.000, mais ce n’est pas le résultat "d’objectif chiffré", a indiqué aujourd’hui le cabinet du ministre de l’Intérieur. "En 2012, le nombre d’éloignements sera supérieur à celui de 2011", avait indiqué Manuel Valls jeudi soir devant des députés, sans fournir plus de précisions.

Source

Afghanistan : un attentat dans une mosquée fait au moins 32 morts

26 octobre 2012 - Le Parisien - AFP

Le bilan des morts ne cesse d’augmenter depuis l’explosion : un attentat suicide dans une mosquée du nord de l’Afghanistan a fait au moins 32 victimes ce vendredi et au moins cinquante blessés. Un attentat qui survient à l’occasion de la prière de l’Aïd al-Adha, la fête musulmane du sacrifice.

Le kamikaze s’est fait exploser à la fin de la prière dans la principale mosquée de la ville de Maymana, dans la province de Faryab. L’attentat aurait touché 17 civils et 15 policiers selon le vice-gouverneur local Abdul Satar Barez. De nombreux responsables du gouvernement assistaient à cette prière traditionnelle à la mosquée incluant le chef de la police provinciale, Abdul Khaliq Aqsai, qui a été blessé dans l’explosion.

L’attentat n’a pas été immédiatement revendiqué, mais les insurgés talibans mènent régulièrement ce type d’action en Afghanistan. Il intervient après des affrontements sanglants plus tôt cette semaine dans cette province jadis paisible entre les forces de sécurité afghanes et les talibans. Les talibans concentraient traditionnellement leurs actions dans le sud et l’est de l’Afghanistan, mais ont réussi au cours des dernières années à infiltrer des secteurs plus au nord.

Un nombre croissant d’analystes pronostiquent aujourd’hui une reprise du pouvoir à Kaboul par les talibans après la mission de combat des soldats de l’Otan qui arrive à échéance fin 2014.

Par ailleurs, samedi, le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius en visite à Kaboul annonçait que le retrait des forces combattantes françaises d’Afghanistan se déroule « un peu plus vite que prévu » et pourrait être achevé « un peu avant » la fin décembre 2012. Il a toutefois souligné qu’il « restera encore des hommes », chargés notamment du rapatriement du matériel et de la formation de l’armée afghane, « mais il n’y aura plus de troupes combattantes ».

Source

Les "métiers en tension" ne seront plus un critère de régularisation (Valls)

26 octobre 2012 - L’Entreprise (L’Express) - AFP

PARIS, 25 oct 2012 - La liste des métiers dits en tension ne figurera plus parmi les critères de régularisation des étrangers en situation irrégulière, a indiqué jeudi soir le ministre de l’Intérieur Manuel Valls, qui compte ouvrir la régularisation à "tous les métiers".

Une circulaire, qui vise à "clarifier les critères d’appréciation" des dossiers de sans papiers, devrait être transmise au préfet "courant novembre", a déclaré le ministre devant une commission élargie à l’Assemblée nationale.

Elle supprimera la liste des "métiers en tension", établie région par région en fonction du marché du travail local, qui facilitait la régularisation pour les étrangers employés dans ces secteurs.

La circulaire devrait également exiger des parents d’enfants scolarisés qu’ils "assurent effectivement la charge de l’éducation" de leur progéniture, et prendre en compte "le parcours scolaire" des jeunes majeurs, a précisé Manuel Valls.

"Il n’y aura pas de régularisation massive", a répété le ministre. "Dans le contexte économique et social, nous ne pouvons pas nous permettre des réponses pas acceptables pour nos concitoyens", a-t-il dit.

Il ne devrait donc pas y avoir "d’évolution sensible en terme de chiffres", selon M. Valls qui a estimé à environ 30.000 par an le nombre de régularisations ces dernières années.

Source

Nord-Pas-de-Calais : apaisement sur la question des migrants

25 octobre 2012 - La Gazette des Communes - C. Guignot

Y aura-t-il un après 11 octobre 2012 ? C’est ce qu’espèrent les élus des collectivités locales et les associations qui étaient rassemblés ce jour en préfecture du Pas-de-Calais sur invitation de Denis Robin, arrivé depuis 7 mois dans le département. Etaient réunis conseils généraux, conseil régional, élus, associations, préfet des deux départements...

Sous le double coup des récentes évacuations conduites à Calais et de la circulaire interministérielle du 26 août 2012 relative à l’anticipation et à l’accompagnement des opérations d’évacuation des campements illicites, la volonté affichée était à l’échange et à l’apaisement. Objectif : créer « une communauté de travail » autour de la question des migrants sur le littoral, où ils seraient 600 à 700. Premiers thèmes abordés : l’hébergement et la conduite des évacuations.

« Concernant les personnes en situation irrégulière, la volonté affichée par les élus est de pouvoir assurer une mise à l’abri respectueuse de la dignité des personnes. Je suis d’accord avec cela, assure le préfet Denis Robin, et je ne m’y opposerais pas tant que les solutions mises en place restent de petite envergure, servent à un accueil provisoire et respectent les impératifs de sécurité et de salubrité. »

Des campements tolérés - Marc Boulnois est maire (EELV) de Norrent-Fontes, où des chalets en bois ont été installés avant l’été. Présent à la réunion, il souligne le changement : « Jusqu’à présent, les collectivités qui se sont engagées volontairement dans l’accueil des migrants l’ont toujours fait contre les services de l’Etat. »

A la tête du réseau des élus hospitaliers, regroupant les représentants régionaux concernés ou engagés dans l’accueil des migrants, Marc Boulnois espère maintenant élargir le nombre de communes d’accueil.
« Si la confiance dans les services de l’Etat est encore à construire après les dernières années que nous avons vécu, la volonté affichée par le préfet diminue la pression sur les élus et les associations. »

Nouvelles communes volontaires - Ce signal pourrait faciliter l’engagement officiel de nouvelles communes à leurs côtés. « Le conseil régional est partie prenante du réseau et appuiera ce travail », assure Madjouline Sbai, vice-présidente en charge de la Citoyenneté au sein de la collectivité.
L’idée est in fine de réduire les concentrations de populations qui posent problème, essentiellement sur Calais où les coûts de gestion et l’installation de sites intramuros ont justifié les demandes d’évacuations faites par la ville.

« Pour une commune comme la nôtre, le coût est de 20 000 euros annuels, soutenu par la communauté urbaine, explique Damien Carême, membre du réseau et maire (PS) de Grande-Synthe. Par ailleurs, nous n’avons ni rejet de la population, ni concentration ou sédentarisation de migrants depuis que nous avons installé des chalets », assure-t-il.

Dans l’esprit de la circulaire - Autre question d’hébergement : celle des demandeurs d’asile et des mineurs isolés étrangers. Pour les premiers, une vingtaine de nouvelles places en centre d’accueil de demandeurs d’asile (Cada) vont être ouvertes, dont une partie réservée aux migrants de Calais ; pour les seconds, un centre pour mineurs ouvrira prochainement à Saint Omer…

Le préfet l’assure : avec la circulaire et le dialogue engagé entre tous les acteurs concernés, la gestion des évacuations sera désormais différente. Elle devrait d’ailleurs donner rapidement lieu à une réunion de travail entre élus, services de l’Etat et associations pour ne pas ruiner le travail conduit de longue haleine auprès des populations.

Rendez-vous est maintenant donné pour la prochaine réunion d’ici deux à trois mois, où seront évoquées les évolutions réalisées et les problématiques de santé, en présence des représentants de l’ARS.

Source

Marche du souvenir le dimanche 4 novembre

24 octobre 2012 -

Une filière d’immigration égyptienne démantelée près de Calais

23 octobre 2012 - Le Point - Reuters

LILLE (Reuters) - Onze personnes ont été arrêtées et placées en garde à vue mardi dans le Pas-de-Calais dans le cadre du démantèlement d’une filière d’immigration clandestine égyptienne, a annoncé la préfecture.

Les passeurs, qui opéraient depuis plusieurs mois, faisaient monter clandestinement des migrants dans des camions circulant sur l’autoroute A16 a` destination du port de Calais ou du tunnel sous la Manche.

Il s’agissait de personnes de nationalité égyptienne, syrienne ou libyenne qui souhaitaient gagner l’Angleterre, précise la préfecture.

Pierre Savary, édité par Patrick Vignal

Source

100 000 euros pour l’association des maires hospitaliers

22 octobre 2012 - La Semaine dans le Boulonnais - J.P.

Catherine Bourgeois, conseillère régionale, a participé à la table ronde qui s’est déroulée jeudi 11 octobre en préfecture.

Elle fait le point sur ce qui en est ressorti.
La région Nord/Pas-de-Calais s’est montrée sensible aux problèmes d’intégration des migrants. « Nous souhaitons que la région continue à être une grande terre d’accueil, mais il faut réussir à intégrer, du moins ceux qui le souhaitent », précise Catherine Bourgeois.
Par la voix de sa conseillère régionale, le Nord/Pas-de-Calais a décidé de subventionner le réseau des maires hospitaliers présidé par le maire de Norrent-Fontes, Marc Boulnois. Un maire particulièrement sensible et concerné par ces problèmes. « Nous allons débloquer une certaine somme, qui servira de levier pour améliorer l’accueil des migrants. Cet argent, nous allons le mettre à la disposition de l’association des maires hospitaliers, et de tous les élus qui rejoindront le mouvement. Nous avons besoin d’un interlocuteur direct, à qui nous pouvons faire confiance et nous référer, qui puisse piloter des réunions en lien étroit avec la région et porter des projets. » Selon nos informations, cette somme pourrait atteindre 100 000 euros. Elle pourrait évoluer en fonction du nombre d’élus et des demandes. Accueil provisoire, repas et soins, l’argent permettra de soutenir l’aide aux migrants engagée par les maires hospitaliers.

Des petits points d’accueil...

Quid de Calais, qui ne fait pas partie de l’association ? « La ville de Calais est un peu à part, en raison de son passé avec les migrants. Mais la région n’est pas absente. On peut rappeler que nous apportons des subventions à des associations comme Salam ou La Belle Étoile, ou encore qu’un local, le local du BCMO, servant à accueillir les migrants lors du plan grand froid, a été cédé par la région à la ville ». Concernant l’hébergement et les abris évoqués lors de la réunion, Catherine Bourgeois avoue que « rien n’est encore vraiment défini. Mais il pourrait s’agir de petits points d’accueil de jour, où les migrants pourraient être davantage accompagnés en cas de demande d’asile ou en cas de démantèlement de squats, conformément à la circulaire du 26 août 2012... »

Source

Dix ans après Sangatte, les associations d’aide aux migrants fondent leur plateforme

4 octobre 2012 - La Voix du Nord - Estelle Jolivet

Le scan dans le document pdf suivant :

PDF - 733.4 ko
Article Voix du Nord
pdf / 733.4 Ko


Association Loi 1901, parution au J.O. du 31 mai 2003 | Mentions légales | Webdesign & réalisation : Le Sens de Votre Image