• Liste de diffusion

Actualités

Soutenons, aidons, luttons, agissons
pour les migrants et les pays en difficulté

On a lu, on a vu

Archives du mois de 03 2018

Accueil des femmes enceintes à la frontière italienne.

26 mars 2018 -

http://www.lemonde.fr/societe/article/2018/03/25/polemique-autour-d-une-migrante-enceinte-et-malade-reconduite-a-la-frontiere_5276050_3224.html

Visite d’une sénatrice au Centre de Rétention de Lyon.

26 mars 2018 -

https://www.nouvelobs.com/monde/migrants/20180321.OBS3991/a-lyon-le-centre-de-retention-ressemble-de-plus-en-plus-a-une-prison.html

SOS Méditerranée.

25 mars 2018 -

Chers amis,

L’Aquarius est désormais le seul navire actif de sauvetage en Méditerranée centrale.

Dimanche dernier, les autorités italiennes ont saisi le navire Open Arms de l’ONG espagnole Pro Activa, réduisant ainsi les ressources déjà insuffisantes de recherche et de sauvetage disponibles sur la route migratoire la plus meurtrière au monde.

Aujourd’hui, nous exprimons toute notre solidarité envers leurs équipes.

Tout l’hiver, Open Arms et l’Aquarius ont été les seuls navires d’ONG à mener des opérations en mer en continu, combinant leurs ressources à de nombreuses reprises afin de sauver des vies sous la coordination du IMRCC.*

Ces derniers évènements arrivent dans un contexte déjà complexe, où le professionnalisme, la sécurité et la sûreté sont d’une importance majeure. Ces derniers mois, l’Aquarius a été de plus en plus souvent témoin de l’interception d’embarcations en détresse par les garde-côtes libyens dans les eaux internationales. Ces opérations périlleuses, séparent parfois les familles et ramènent systématiquement les naufragés en Libye, vers « l’enfer » qu’ils tentent justement de fuir. Elles sont menées en contradiction avec le droit international maritime et humanitaire selon lequel les rescapés doivent être débarqués dans un « port sûr », où leurs droits seront respectés et leur protection assurée.

Vous l’aurez compris, ces évolutions sont très préoccupantes et auront pour seule conséquence la multiplication des morts dans cette zone. Nous ne le répèterons jamais assez : le dispositif de sauvetage actuel ne permet pas de répondre de manière adéquate à tous les signalements de détresse sur une zone de sauvetage aussi vaste. Il doit être renforcé.

Aujourd’hui, l’Aquarius fait face, seul, à l’une des crises humanitaires les plus tragiques aux portes de l’Europe. Plus que jamais nous avons besoin de vous pour sauver des vies et témoigner de ce qu’il se passe en Méditerranée.

Partagez votre engagement avec vos proches et aidez-nous à rassembler une communauté citoyenne qui, comme vous, ne peut rester insensible face à l’inacceptable.

Au nom de tous ceux à qui nous portons secours, je vous remercie chaleureusement.

Sophie BEAU
Co-fondatrice et Directrice générale
SOS MEDITERRANEE France

* Centre de coordination des secours en mer de Rome

Le texte n’est pas daté mais selon "Le Monde.fr" :
Les policiers ont investi l’Open-Arms, affrété par l’ONG espagnole Proactiva, au petit jour, dimanche matin 18 mars, dans le port sicilien de Pozzallo. A bord, ils ont saisi plusieurs documents, puis placé le navire sous séquestre, en même temps qu’étaient annoncées des poursuites pour « association de malfaiteurs en vue de favoriser l’immigration clandestine » contre le coordinateur de l’ONG et le capitaine du bateau.
En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/international/article/2018/03/21/le-navire-de-l-ong-proactiva-open-arms-place-sous-sequestre_5273921_3210.html#jPHcJLFMvQ0Um2CI.99

Un policier sauve un migrant...

24 mars 2018 -

Une question à Gérard Collomb à l’Assemblée Nationale sur la loi "asile et immigration".

24 mars 2018 -

https://youtu.be/WxMtGuo1Jzw

Petites vidéos de la Cimade sur le projet de loi sur l’immigration.

22 mars 2018 -

https://www.lacimade.org/comprendre-projet-de-loi-asile-immigration-videos/

Décès parmi les migrants, chez nous et en région parisienne.

19 mars 2018 -

Nous avons trop tendance à ignorer ce qui se passe ailleurs que dans notre région.
Cet article a le mérite de nous le rappeler.
Cependant, une phrase est très sujette à caution ... : "À l’époque, ils refusaient la nourriture proposée par l’Etat, situation qui semble s’être arrangée depuis."

http://www.lemonde.fr/societe/article/2018/03/17/un-migrant-retrouve-mort-poignarde-a-calais_5272650_3224.html

La situation sur l’île de Moria en Grèce, en BD.

19 mars 2018 -

http://www.lemonde.fr/grands-formats/visuel/2018/03/13/en-grece-dans-l-enfer-du-camp-de-refugies-de-moria-en-bd_5270283_4497053.html

Deux vidéos d’Amnesty international.

15 mars 2018 -

Les réfugiés :
https://youtu.be/NgZ5c5cRn7Y?t=32

Réfugiés et migrants : les naufrages en Méditerranée.
https://youtu.be/GhoKR_zUPdA?t=29

La situation des Mineurs Non Accompagnés...

15 mars 2018 -

https://www.nouvelobs.com/monde/migrants/20180312.OBS3445/tout-est-fait-pour-prouver-que-les-mineurs-etrangers-isoles-sont-majeurs.html

Newsletter de SOS Méditerranée : ces femmes qui traversent la Méditerranée.

14 mars 2018 -

http://www.sosmediterranee.fr/journal-de-bord/ces-femmes-qui-traversent-la-mediterranee

A Calais, les migrants refusent les repas de...

13 mars 2018 -

Un article du "Parisien" :
http://www.leparisien.fr/societe/pourquoi-les-migrants-refusent-les-repas-de-l-etat-a-calais-12-03-2018-7604628.php

Et un du "Monde"
A Calais, les migrants refusent les repas de l’Etat
Les associations humanitaires s’inquiètent de voir des centaines de jeunes se priver d’alimentation.

LE MONDE | 10.03.2018 à 10h06 | Par Maryline Baumard (Calais (Pas-de-Calais) - envoyée spéciale)

Personne n’avait imaginé que les exilés de Calais boycotteraient les repas servis par l’Etat. C’est pourtant ce qui s’est produit, vendredi 9 mars. Alors que l’Etat a repris les distributions de nourriture, mardi, après un arrêt de près de dix-sept mois, les migrants ne se déplacent quasiment pas vers les points de distribution. Et, quand les portions arrivent jusqu’à eux, une bonne part des 500 à 600 Erythréens, Ethiopiens et Afghans du Calaisis les refusent tout bonnement, excluant d’accepter « des dons d’un ennemi qui nous pourchasse », comme l’explique un jeune Oromo, arrivé depuis un peu plus de quatre mois « dans l’enfer de Calais ».

Vendredi, un food truck flambant neuf, fier de son énorme logo « Préfet du Pas-de-Calais », attendait en début d’après-midi dans un enclos partiellement fermé d’un grillage surélevé de barbelés, non loin de l’ancienne « jungle ». Sous l’auvent, des salariés de La Vie active, l’entreprise mandatée par l’Etat pour les distributions, attendaient des migrants qui ne venaient pas. Alors que seul Le Monde était sur place, c’était, selon la version officielle de La Vie active, « la présence des journalistes » qui les empêchaient d’accéder au lieu.

Double langage
Entre 15 h 30 et 16 h 15, Le Monde a pu constater que seuls trois jeunes hommes avaient fait le déplacement depuis leurs abris de fortune et qu’un peu plus tard, près de l’hôpital de Calais, seul un groupe d’une dizaine d’Afghans est passé chercher le plat chaud-pain-fruits. Un carton d’une vingtaine de portions avait en revanche été préparé par La Vie active pour être livré au milieu des dunes, là où se terrent les exilés. L’entreprise a vite compris que les migrants préféraient se priver de repas plutôt que venir vers cet organisme installé dans un camion aux couleurs de la France.

Jean-Claude Lenoir, le président de l’association Salam, s’étonne de la stratégie du moment. « Le premier matin, les migrants ont été accueillis par des cars de CRS et invités à entrer dans un enclos entouré de barbelés… Ce matin, la police a profité du moment où certains sont allés prendre leur petit déjeuner pour démanteler partiellement leur campement. Je ne sais pas ce qui fonctionne, mais je sais que cette méthode ne marchera pas », résume-t-il. « Comment voulez-vous que les migrants aient confiance dans un Etat qui d’une main détruit leur tente et de l’autre leur propose un petit-déjeuner ? », résume Christian Salomé, le président de l’Auberge des migrants, qui reste lui aussi perplexe face à la distance qui sépare « le discours du préfet des violences du terrain ».

Un double langage, déclinaison calaisienne du « en même temps » macronien ? Côté préfecture, en effet, même si une réunion avec certaines associations, triées sur le volet, a été organisée en urgence vendredi matin et qu’une autre aura lieu lundi 12 au soir, la situation est officiellement sous contrôle. « La préfecture n’est pas inquiète car la prestation de l’opérateur La Vie active est fiable, accessible à tous et répond aux besoins nutritionnels des personnes », répond-on avant d’ajouter qu’« après une phase d’observation, la population migrante commence à le comprendre »… Ce week-end, pourtant, en attendant que l’Etat fasse évoluer son dispositif, la Refugee Community Kitchen, mise en sommeil pour Calais, prépare à nouveau 500 repas à servir deux fois par jour dans la lande. Chacun sentant bien le danger d’avoir un demi-millier de jeunes gens exclus de tout, laissés dehors épuisés et en plus affamés. Certains craignent la violence, d’autres qu’ils ne multiplient les risques pour passer coûte que coûte en Grande-Bretagne.

Tension palpable
Sangkul est de ceux-là. Dans la zone industrielle voisine de l’ancienne jungle, il fait partie de la petite vingtaine de très jeunes Erythréens et Ethiopiens qui se chauffent autour d’un feu, vendredi après-midi, la mine fermée. Difficile d’échanger. La tension est palpable. Dans la rue derrière, Caroline Cottet, cofondatrice du Women’s Center, rencontre elle aussi « des jeunes gens qui ont faim, mais sont solidaires » et déterminés à faire connaître la longue liste de leurs protestations.

Aux violences des réquisitions de leur tente, s’ajoute désormais « l’absence d’information sur l’enquête sur les quatre Erythréens grièvement blessés le 2 février. Tous savent qui a tiré les coups de feu, mais l’enquête semble au point mort. Personne n’a même interrogé les Erythréens blessés, et ceux qui se sont spontanément présentés pour témoigner ont été retenus à la police », déplore Christian Salomé.

Pour faire baisser durablement la tension du lieu, les associations ont une série d’idées qui remettraient un peu d’humanité sur cette zone, tout en évitant de créer un « appel d’air ». L’autorisation de monter des tentes la nuit ou de disposer d’un espace de répit de jour ont été évoqués en préfecture.

Une vidéo ( Amnesty international) sur les civils dans les conflits...

13 mars 2018 -

https://www.amnesty.fr/conflits-armes-et-populations/actualites/voir-pour-comprendre-5

De la lecture pour le week end...

10 mars 2018 -

Des enfants sans toit en France.
(publication du Secours Populaire Français,mars-avril 2018)

PDF - 720.3 ko

Des enfants en centre de Rétention.
https://www.nouvelobs.com/monde/migrants/20180302.OBS2976/on-n-a-jamais-vu-autant-d-enfants-en-centre-de-retention.html

Le sort d’un Afghan qui a servi la France :
https://www.nouvelobs.com/monde/migrants/20180226.OBS2769/qu-attendent-ils-un-selfie-avec-un-taliban-basir-ex-interprete-afghan-lache-par-la-france.html

La situation en Italie au lendemain des élections :
https://www.nouvelobs.com/edito/20180305.OBS3045/italie-les-pays-de-l-ue-peuvent-pleurer-c-est-leur-uvre.html

La newsletter de février.

8 mars 2018 -
PDF - 832.9 ko

Lettres de Rivesaltes.

5 mars 2018 -

C’était une autre époque, c’était un autre camp.
Mais cela reste la vie dans un camp de réfugiés et c’est très émouvant.

http://www.lettresderivesaltes.fr/index.html

Et l’accueil des exilés à Paris.

3 mars 2018 -

https://bibliobs.nouvelobs.com/idees/20160913.OBS7976/l-accueil-fait-aux-refugies-est-indigne-et-irresponsable.html

Des histoires de centres de rétention.

3 mars 2018 -

https://www.nouvelobs.com/monde/migrants/20180302.OBS2976/on-n-a-jamais-vu-autant-d-enfants-en-centre-de-retention.html

RACISME D’ETAT !
https://www.nouvelobs.com/societe/20180301.OBS2923/j-ai-cru-a-une-blague-interpelle-sans-papiers-un-francais-place-en-centre-de-retention.html



Association Loi 1901, parution au J.O. du 31 mai 2003 | Mentions légales | Webdesign & réalisation : Le Sens de Votre Image