Actualités

Soutenons, aidons, luttons, agissons
pour les migrants et les pays en difficulté

Actualités

Trois doubles pages de " la Voix du Nord" (des 11, 12 et 14 juin) font le point sur la présence des migrants sur notre littoral.

15 juin 2021 -
PDF - 2.2 Mo
PDF - 2.5 Mo

Dans ce deuxième article on peut juste regretter qu’Eric Dussart, qui nous connaît pourtant bien, ait écrit : " Utopia 56 l’association qui vient ici en aide aux migrants..." comme si elle était la seule...

PDF - 10.7 Mo

Ce troisième article présente un aspect qui nous est moins connu : les passages en Angleterre vus par les policiers chargés de les empêcher. Il présente donc un intérêt particulier.

Il est cependant décevant que la phrase de conclusion soit : " Ils empêchent des drames et surtout occupent le terrain, n’est-ce pas le plus important ?"
Après la phrase précédente : "... des migrants rêvant d’un avenir meilleur parviendraient toujours à traverser.", on aurait attendu une réaction moins optimiste sur le rôle de la police qui n’empêche en effet pas les drames, puisqu’elle ne parvient pas à empêcher les passages.

Pour empêcher les drames, il faudrait cesser d’attiser cette envie de quitter la France à tout prix... la France où le non-accueil est désespérant... Il faut organiser un accueil digne, avec le respect de droits fondamentaux et l’abandon du règlement de Dublin selon lequel l’exilé doit demander l’asile dans le pays par lequel il est entré en Europe et où on le renvoie si, mis à l’abri par l’Etat, il demande à rester chez nous...

Le 11e arrêté d’interdiction de distribution à Calais est paru.

6 juin 2021 -

Le 11e arrêté d’interdiction de distributions gratuites de nourritures et de boissons dans le entre Ville de Calais est paru.

Il s’applique depuis le 1er juin jusqu’au 29 juin.
Pour le centre ville pas de changement au niveau des rues interdites, par contre disparaît de l’arrêté tout le secteur Beau Marais de la ville de Calais, les abords de la salle Calypso et le complexe sportif ICEO qui redeviennent licites pour les distributions de repas et d’eau.

PDF - 575.5 ko

HONTE !

20 mai 2021 -

Impossible de trouver des mots pour qualifier l’EUROPE !

une simple photo

JClaude Lenoir
(à Ceuta, photo Paris Match, 20 mai 2021)

GRANDE-SYNTHE 2021 : Réalités de Terrain.

19 mai 2021 -

A Grande-Synthe, il n’y a pas eu de Plan Grand Froid cet hiver.

Nos deux sous préfets successifs tiennent le même discours : il y a des départs en bus avec offres de « mises à l’abri ».
Si nos amis restent dehors dans la boue, c’est qu’ils le veulent bien.

Ces départs ne sont pas obligatoires, même lors des évacuations, mais prendre leur tente est une façon bien plus subtile de les contraindre à quitter les lieux.

Cet épuisement aussi les pousse à prendre la mer vers la Grande-Bretagne.
M. Tourmente, le nouveau sous-préfet, nous l’a assuré : les lieux de « mise à l’abri » ne seront jamais à moins de 30 km de la côte.
Cela veut dire que, le temps de leur éloignement, ils perdent toute chance de passer en Angleterre et qu’ils reviennent le plus vite possible.

Ce n’est cependant pas encore un « 4 étoiles » :
-  Pas l’ombre d’une cabine de toilettes ou de douches.
-  Après une période de pluie, le sol de Grande-Synthe se transforme en une gigantesque mare bourbeuse.

Le 16 avril, le personnel municipal a déménagé les exilés, avec leur matériel, de l’autre côté de la D 601, au-delà de la Ferme des Jésuites.

Ce déplacement nous semblait inenvisageable il y a quelques semaines vers un lieu situé aussi sur une zone naturelle protégée.
Mais il est cohérent avec la politique d’invisibilisation initiée fin mars.

Le nouveau lieu de distribution est un petit parking sur lequel ont été répandus des cailloux, et placé l’unique point d’eau.
Très vite, il est apparu.
-  que cet endroit est exigu (donc insuffisant s’il y a plusieurs groupes qui interviennent en même temps).
-  que c’est un cul de sac donc sans possibilité d’évacuation rapide.

Il y a eu un flottement dans les consignes données aux agents de surveillance.
Le 28 mars, puis le 22 avril, la sécurité municipale avait informé les associations que la distribution était désormais interdite sur le lieu accordé par la mairie.

Les deux fois, le lendemain, le contrordre était arrivé.

Aucune conséquence grave, bien sûr, mais cela crée un climat de défiance des associations envers la municipalité, dont nous n’avons pas besoin !

Au premier mai, soudain, nous constatons une amélioration des conditions de survie sur les campements :
-  Les trois points d’eau annoncés sont arrivés.
M. le Maire nous avait pourtant déclaré que mettre un deuxième point d’eau, ce serait reconnaître l’existence d’un camp indigne.

-  Trois bornes pour charger les portables sont installées.
-  Il y a désormais trois bennes à ordures sur la grande prairie des Kurdes.
-  On nous promet un nouveau lieu de distribution spacieux, près des tentes, et facilement accessible depuis la route.

Nous saluons cette reconnaissance objective de l’indignité de la situation,
surtout compte tenu du ralentissement des expulsions depuis le déménagement. La dernière remontait au 12 avril, au Puythouck, et il n’y a eu depuis qu’une évacuation, le 7 mai, celle du camp des Vietnamiens.

Trois semaines de répit… Pourtant les autorités nous ont clairement dit que la politique d’expulsion demandée par le propriétaire (la municipalité) et décidée par la sous-préfecture allait continuer.

Et la sous-préfecture ? Où en est a distribution des repas par l’Etat annoncée à la mi-février ?
Bien sûr nous saluons cette décision : c’est ce que nous réclamons depuis des années.

Pourtant nous restons vigilants :

A deux reprises dans le passé, l’Etat a pris en charge les distributions du Calaisis (camp de Sangatte en 1999 et Centre Jules Ferry en janvier 2015). Lorsque l’Etat s’est retiré de ces attributions, cela s’est fait du jour au lendemain et nous avions perdu des bénévoles, les donateurs et même les locaux.

Monsieur le sous-préfet, au cours de la rencontre du 12 avril, montrait plutôt une préférence pour une distribution de nourriture sèche.

Mais avec les évacuations (la dernière le matin même) au cours desquelles tout le matériel est ramassé, il faudrait qu’il fasse distribuer aussi, avec les cartons de provisions, des gamelles et des réchauds.
Cela ne lui avait visiblement pas traversé l’esprit…

Le Secours Populaire avait été pressenti pour assurer cette distribution. Mais une association mandatée par l’Etat peut-elle accepter de distribuer dans ces conditions ?

Après étude du terrain il ne s’engage pas dans ce projet : « ce lieu semble et s’avère être "inapproprié" tant sur l’infrastructure en tant que telle, sur l’accessibilité, sur le voisinage des structures aux alentours et implantées (usine, exploitation agricole...). »

Depuis des années, nous avons le sentiment de vider la mer avec une petite cuillère.
Il est désolant de se dire que les pouvoirs publics ne font pas plus aujourd’hui qu’empoigner la leur, alors que le monde ne s’apaise pas à l’image de la Syrie, de l’Afghanistan et maintenant d’Israël et de la Palestine…

Cinq ans après l’appel de Calais...

3 mai 2021 -

En 2015, 800 personnalités signaient l’appel de Calais pour alerter l’opinion publique et interpeller le gouvernement sur l’inhumanité des conditions de vie dans la « jungle de Calais »

Ainsi, la Cabane Juridique est née, ayant pour mandat : l’accès au droit.

Qu’en est-il 5 ans plus tard ? Maltraitance et répression sont le quotidien institutionnalisé des personnes exilées et des associatifs à Calais.

C’est pour cela qu’aujourd’hui la Société des Réalisateurs de Film publie une nouvelle tribune :
https://www.liberation.fr/idees-et-debats/tribunes/toutes-les-rues-sappellent-calais-20210503_KPGBLTQHS5EQ7EVOPXETRZSNUA/

Ils exigent une « prise en charge inconditionnelle des personnes exilées sur l’ensemble du territoire et la mise en place d’une véritable politique d’accueil, dans un cadre digne et respectueux ».

Association Loi 1901, parution au J.O. du 31 mai 2003 | Mentions légales | Webdesign & réalisation : Le Sens de Votre Image