On a lu, on a vu

Soutenons, aidons, luttons, agissons
pour les migrants et les pays en difficulté

On a lu, on a vu

Les Albanais de plus en plus nombreux sur le camp de Loon-Plage.

21 septembre 2022 -

Un article de Julia Pascual, dans "le Monde" du 7 septembre 2022.

Les Albanais de plus en plus nombreux à traverser la Manche
Attirés par les salaires plus élevés au Royaume-Uni, les ressortissants albanais, qui fuient la corruption dans leur pays, embarquent à bord de « small boats » depuis le littoral des Hauts-de-France.

A bord d’un aéronef, la police des frontières scrute les côtes de la Manche pour tenter de repérer des embarcations susceptibles de transporter des migrants vers le Royaume-Uni, le 1er septembre 2022.

A bord d’un aéronef, la police des frontières scrute les côtes de la Manche pour tenter de repérer des embarcations susceptibles de transporter des migrants vers le Royaume-Uni, le 1er septembre 2022.

Il fait encore nuit quand le petit aéronef décolle de l’aéroport de Lille-Lesquin, jeudi 1er septembre. Peu à peu, le jour éclaire au sol des zones résidentielles encore endormies, des poids lourds sur l’autoroute, des plaines agricoles.

En vingt minutes, le pilote a rejoint le littoral des Hauts-de-France. Là, pendant quelques heures, le brigadier-chef de la police aux frontières Patrice Villielm et son copilote, le gardien de la paix Damien S. (il a requis l’anonymat), sillonnent la côte depuis la frontière belge jusqu’à la baie de Somme. Ils guettent, sur un chemin douanier ou au détour d’une dune, la présence d’un canot pneumatique, d’un groupe de personnes, d’un véhicule suspect. Tout ce qui pourrait annoncer un projet de traversée de la Manche par des migrants. La nuit précédente, un bateau et un moteur ont été découverts par une patrouille de police sur la plage de Sangatte (Pas-de-Calais).

Depuis janvier, plus de 27 000 personnes ont rejoint le Royaume-Uni à bord de « small boats », contre plus de 28 500 personnes sur toute l’année 2021

Depuis janvier, plus de 27 000 personnes ont rejoint le Royaume-Uni à bord de small boats, contre plus de 28 500 personnes sur toute l’année 2021, 8 466 en 2020 et 1 843 en 2019.

Patrice Villielm égrène quelques souvenirs qui ont marqué ses années en tant que chef de la brigade de police aéronautique de Lille. Ce passeur pris en flagrant délit en train de déposer du matériel, ces migrants courant une centaine de mètres sur la plage pour rejoindre au plus vite la mer à marée basse, ou encore ceux qui avaient essayé de traverser en kayak… Ce jeudi matin, il ne verra rien, seulement des phoques sur un banc de sable. Le phénomène dit des small boats va et vient selon la météo. Trois jours plus tard, dimanche 4 septembre, 1 160 migrants à bord de vingt-cinq bateaux réussiront à rejoindre les rives anglaises.

Public nouveau
Evolution notable qui accompagne cette expansion : alors que les Kurdes ont longtemps été les plus nombreux à bord des embarcations, les ressortissants albanais les ont supplantés en 2022, en particulier depuis l’été. Ils se placent désormais devant les Afghans, les Iraniens, les Irakiens et les Syriens. « Les Albanais représentent actuellement 60 % des personnes qui arrivent au Royaume-Uni », confie un cadre du ministère de l’intérieur.

Sur le camp de Loon-Plage (Nord), où environ 500 personnes vivotent dans l’attente d’une traversée, ils seraient environ une centaine, réunis notamment dans un coin boisé un peu en retrait d’une voie ferrée. « N’y allez pas, ça vous apportera des problèmes », met en garde, d’un air désolé, un Albanais croisé à l’entrée du bois et accompagné de son fils. « Personne ne voudra vous parler, ajoute un autre, sans s’attarder. Ils ne veulent pas d’ennuis. »

Plusieurs militants associatifs, qui interviennent sur le campement pour des distributions de repas ou des mises à l’abri, expliquent ne pas avoir pu jusque-là établir de communication avec ce public nouveau. « Ils ont peur parce qu’ils sont plus expulsables que les Kurdes. Et puis, ils n’ont pas besoin de nous, ils ont de l’argent », croit l’un d’eux.

En témoigne le ballet de taxis qui s’arrêtent ce jeudi devant le campement, alors que d’ordinaire les migrants rejoignent les lieux à pied. « Depuis ce matin, ça n’arrête pas, témoigne un des chauffeurs interrogés, qui vient de déposer quelques jeunes. On les conduit depuis la gare ou des hôtels de Dunkerque [Nord]. Ils disent fuir de chez eux, car c’est la mafia qui gouverne. » « Ils arrivent par l’Italie, certains demandent l’asile en France, mais la majeure partie veulent aller en Angleterre chercher du travail », analyse Xavier Delrieu, patron de l’Office central pour la répression de l’immigration irrégulière et de l’emploi d’étrangers sans titre (Ocriest).

Un homme de 40 ans, venu avec sa femme et ses enfants depuis la banlieue de Tirana, explique sa démarche : « Chez nous, le travail ne paye pas. » Au Royaume-Uni, il espère trouver un emploi dans la construction. « On peut travailler même sans papiers », assure-t-il.

« Des familles qui ont faim »
Dans le centre-ville de Dunkerque, plusieurs hôtels affichent complet grâce à l’arrivée en nombre des Albanais, à l’instar du petit Hôtel de Bretagne qui fait face à la gare. « Ils restent deux ou trois jours », témoigne la gérante des lieux, qui veut rester anonyme.

Idir (il n’a pas souhaité donner son nom), le gérant du café Le Terminus, évoque une clientèle très tranquille. Un jeune de 18 ans, Abbyl Elmazi, est justement attablé en terrasse. Il dit être arrivé la veille à Dunkerque et résume son parcours de vie : « Ma famille s’est installée en Allemagne en 2015, mais n’a pas obtenu de papiers. Nous sommes retournés en Albanie en 2017, puis je suis retourné en Allemagne en 2019, mais, là encore, je n’ai pas obtenu de papiers. » Le jeune homme compte désormais se rendre en Angleterre, où se trouvent de nombreux membres éloignés de sa famille. « Je n’y vais pas au hasard, dit-il. J’ai déjà un logement et un travail de carreleur qui m’attendent. »

Remi (le prénom a été modifié), un Albanais qui l’a rejoint en terrasse, ajoute : « En Albanie, il gagne au mieux 300 euros alors que le coût de la vie est le même qu’en Espagne ou en Italie. En Angleterre, il pourra gagner 2 000 livres [environ 2 328 euros]. » Remi dit ne pas souhaiter migrer outre-Manche. Pour preuve, ce trentenaire nous montre son titre de séjour espagnol où il réside depuis six ans. « En Albanie, les politiques, la police, les juges, tous sont corrompus, l’Etat est une façade », lâche-t-il. Il assure être venu à Dunkerque par « curiosité » vis-à-vis de l’arrivée récente et en nombre de ses compatriotes. « Ça me rappelle la fin de la dictature en Albanie [la chute du communisme avait provoqué un exode important], confie-t-il. En 1991, mon père était parti en Italie. Ceux qui migrent aujourd’hui ne sont pas des criminels. Ce sont des familles qui viennent de tout le pays. Elles ont faim et parfois survivent uniquement grâce à un parent déjà émigré qui envoie 100 ou 200 euros par mois au pays. »

« 5 000 euros la traversée » en bateau
La migration des Albanais vers le Royaume-Uni n’est pas nouvelle, et plusieurs sources au ministère de l’intérieur voient dans leur présence accrue à bord des small boats l’effet d’une désaffection globale pour les traversées en poids lourds, face à la sécurisation accrue du port de Calais et du tunnel sous la Manche.

« Le bateau, c’est peut-être 5 000 euros la traversée au lieu de 15 000 euros en camion », ajoute un candidat albanais à la migration, sous le couvert de l’anonymat, arrivé deux jours auparavant sur le campement de Loon-Plage avec sa femme et ses enfants de 4 ans et 6 ans. « On estime qu’ils sont privilégiés par les réseaux de passeurs parce qu’ils payent plus que les autres nationalités », ajoute Xavier Delrieu, de l’Ocriest. Sur le réseau social TikTok, des clips promeuvent en albanais des traversées pour 3 500 livres.

Ce faisant, les traversées sont toujours majoritairement organisées par des réseaux kurdes dont l’activité va croissant et draine de violentes rivalités. Mardi 30 août, une fusillade a eu lieu dans le camp de Loon-Plage, blessant neuf personnes de nationalité soudanaise, dont deux grièvement, d’après le parquet de Dunkerque. Le lendemain, de nouveaux coups de feu ont été tirés.

On a lu, on a vu et on a entendu...

21 septembre 2022 -

Un témoignage juste et émouvant d’un groupe de lycéens qui ont participé à une distribution de Salam.
Ils reviennent quand ils veulent !

https://back-audioblog.arteradio.com/sites/default/files/audios/origin_podcast_190686_iM047.mp3?fbclid=IwAR0C1Adk3rS0oobd-5qvxSTYEOufDh9yWGKg8ulzd8SA4lFpyxCu38gJ5BA

Et voici la newsletter du mois d’août.

13 septembre 2022 -
PDF - 3.2 Mo

Sameer Al Doumy, réfugié et photographe.

29 août 2022 -

Ce soir (29 août) sur ARTE, dans l’émission "28 minutes" est passé un reportage sur ce jeune Syrien, qui a fui son pays, est passé par laTurquie et est arrivé à Calais où il a fait un remarquable travail de photographe.

https://www.arte.tv/fr/videos/103958-218-A/28-minutes/

Association Loi 1901, parution au J.O. du 31 mai 2003 | Mentions légales | Webdesign & réalisation : Le Sens de Votre Image